Collaborations autour de la danse

Duo avec Carolyn Carlson

Danse / Contrebasse électronique

2009 - Espace Fayolle (Guéret,23)

Stabat Mater Furiosa

Création - spectacle d'improvisation danse-théâtre-peinture-musique sur le texte de Jean-Pierre Siméon "Stabat Mater Furiosa".

Présenté pour la première fois lors du festival June Events le 07 juin 2008.

Théâtre de l'Aquarium (Cartoucherie, Paris 12).

Soirée inédite pour laquelle Carolyn Carlson s’est associée à Julie Brochen, metteure en scène et directrice artistique du Théâtre de l’Aquarium, Philippe Tallis, peintre, et à Michel Thouseau, contrebassiste participant à de nombreuses performances dansées. 

Le Printemps des Poètes au Musée d'Orsay

Samedi 11 mars 2006 à 15h au Musée d'Orsay - PARIS

En clôture de la 8e édition du Printemps des Poètes, le musée d'Orsay accueille Carolyn Carlson, nouvelle directrice artistique du Centre Chorégraphique National à Roubaix. On connaît son prodigieux talent de chorégraphe et d'interprète, mais moins sa production de poète, qu'elle place pourtant au cœur de son inspiration artistique. 

Elle propose à cette occasion une improvisation alternant moments de danse et lecture de ses poèmes, rédigés en anglais, dont la version française est lue par Jean-Pierre Siméon, directeur artistique du Printemps des Poètes. 

Carolyn Carlson est accompagnée par le contrebassiste et danseur Michel Thouseau. 

Extrait de "Solo - poèmes et encres" de Carolyn Carlson (Editions Alternatives)

Tigers in the Tea House

16  juillet 2004 - Vaison La Romaine (Théâtre Antique"

Chorégraphie de Carolyn Carlson, assistée de Quentin Rouillier, avec Yutaka Takei, Zheng Wu et Won-Myeong Won.

Musique originale de John Boswell, interprétée par Mathias Desmier (guitare) et  Michel  Thouseau (contrebasse, électronique)

Lumières : Emma Juliard, Costumes : Tajung-Lina Wu

Coproduction Atelier de Paris - Carolyn Carlson (France), Grande Teatro di Ferrara (Italie), Nuovo Cinema Teatro di Chiasso (Suisse)

« À la suite de mes voyages en Extrême-Orient et d’années d’étude et de pratique des philosophies Zen - Bouddhistes, qui m’ont profondément influencée, j’ai fait la rencontre de ces danseurs asiatiques hors du commun avec une énergie et une vision extraordinaires. Ces artistes créatifs sont une source d’inspiration : le cœur de ma recherche la plus personnelle sur les visions de l’existence orientales et occidentales. Ce nouveau travail tisse la tapisserie de la culture orientale en tant que représentation d’un mouvement circulaire dans le flux et le mysticisme, l’Ouest étant représenté comme un vol linéaire dans un perpétuel mouvement en avant. Des postures méditatives, créant un « Haiku » visuel, se diffusent tranquillement pour répondre au besoin d’activation du temps et de l’espace, des images surgissant avec une énergie indomptée. La contemplation entre deux mondes : l’action- la non-action, l’être- le non-être, se transforme en une visite mystique, où tout ce qui est à l’arrêt peut faire bouger l’univers. » C. Carlson

Crocodile

Les Crocodiles est un petit plateau international présentant l’évolution du projet danse de Rosalind Crisp ainsi que d’autres travaux d’artistes qui l’accompagnent. Après une rencontre informelle entre Rosalind Crisp et Michel Thouseau en juillet 2006 à l'Atelier de Paris - Carolyn Carlson, tous les deux ont décidé de poursuivre leur collaboration et présentent ce "work in progress" basé sur l'improvisation, la danse et la musique.

Atelier de Paris - Carolyn Carlson à La Cartoucherie - Chateau de Vincennes - Paris 12

Pour cette soirée, Claudia Gradinger propose, sous un même thème, « La foire de beauté », deux aspects de son travail. Conçue comme une sorte d’exposition vivante où seraient exhibés des rebuts humains, des corps d’occasions et quelques vieilleries : improbable rencontre, au milieu des déchets et des plumes, entre une dame née en 1926, un performeur-berrichon, une vieille militante, une artiste suisse… en un lieu où règne peut-être encore un peu d’humanité et par là, forcément, quelque désordre…

Chorégraphie Claudia GRADINGER, Performeur-musicien Michel THOUSEAU, Lumière Olivier BALAGNA, Musique Ertha KITT, et quelques "drôles de dames"

jeudi 4 mai 2006 - PARIS (Centre culturel suisse)

"Vu la gravité de la situation" dit le rapport que tout un chacun entretient avec ce poids physique ou psychique, corporel ou comportemental, que l'on charrie, que l'on transporte jusqu'à la mort, entre chute et légèreté… La performance confronte, de façon improvisée, en une joyeuse « foire », des « drôles de dames » retraitées, un musicien-performeur et une danseuse suisse allemande.

Fermer le menu